Sciences Po CSO/CNRS CNRS
21 novembre 2017, Paris :

Exercice de gestion de crise, exercice de normalisation des accidents avec Olivier Borraz et Elsa Gisquet

COMMUNICATIONS ET COLLOQUES // PAPERS AND CONFERENCES
Édité le 8 Septembre 2017

Olivier Borraz et Elsa Gisquet, IRSN feront une communication au 1er colloque du Projet AGORAS (Amélioration de la Gouvernance des Organisations et de Réseaux d’Acteurs de la Sûreté nucléaire) qui se tiendra le 21 novembre 2017 à la Cité universitaire de Paris.

L’objet de cette communication sera de se pencher sur les exercices de crise et la manière dont les différents acteurs de la filière et les pouvoirs publics se préparent à la survenue d'un accident nucléaire. Nous montrerons que le déroulement des exercices suit des règles, consignes, scénarios pré-codés et procédures formalisées qui contribuent à une protocolisation de la gestion de crise et au développement de routines par les acteurs. L’effet est de transformer les accidents nucléaires en problèmes « bien structurés ». Nous nous interrogerons sur les conséquences de ce processus.


Qu’est-ce que le projet AGORAS ?

La catastrophe de Fukushima interroge en profondeur les principes sur lesquels la sûreté nucléaire s’est construite au Japon, mais aussi en France, tant du point de vue des pratiques des acteurs concernés que des connaissances qu’ils mobilisent (expertise). Les Etudes Complémentaires de Sûreté (ECS) ont souligné l’importance de construire des connaissance scientifiques solides sur le lien entre les relations inter-organisationnelles et la sûreté (IRSN). C’est précisément sur ce point, encore peu exploré que se concentre le projet AGORAS (Amélioration de la Gouvernance des Organisations et de Réseaux d’Acteurs de la Sûreté nucléaire). Il vise à comprendre comment se construisent et évoluent les équilibres institutionnels impliquant les exploitants, leurs sous-traitants et partenaires mais également les autorités de sûreté et les instituts publics d’expertise, dans un contexte post Fukushima où la société civile tend à jouer un rôle croissant. L’accent sera mis sur le dialogue qui s’instaure entre les parties prenantes et qui fonde en partie le niveau de sûreté de l’industrie nucléaire dans son ensemble.
Le projet AGORAS s’organise autour de deux volets complémentaires :
- l’analyse et l’amélioration de l’intégration de la sûreté dans les processus inter-organisationnels de conception des réacteurs et des sites nucléaires ;
- l’analyse et l’amélioration des relations inter-organisationnelles lors des situations de gestion de crises nucléaires. Travailler conjointement sur ces deux volets permet une prise en compte à la fois globale et approfondie de la gestion des risques nucléaires.
Les retombées attendues du projet se déclinent à la fois sur le plan scientifique (via l’acquisition de connaissances nouvelles et élaboration de modèles d’analyse socio- organisationnelle de la gouvernance de la sûreté nucléaire à l’échelle des relations inter- organisationnelles) et sur le plan des pratiques (aider les acteurs à développer des outils, des méthodes et des processus permettant d’améliorer les pratiques inter-organisationnelles de conception des technologies nucléaires et de gestion de crise).


=> Information et inscription : http://projetagoras.fr/index.php

Voir le programme