Sciences Po CSO/CNRS CNRS

Soutenance de HDR de Patrick Castel : Vers des médecins organisateurs ? Initiatives organisationnelles, professions et pouvoir à l’interface de la pratique et de la recherche cliniques – 29 juin 2020

AU JOUR LE JOUR // FROM DAY TO DAY
Édité le 13 Juin 2020

Le lundi 29 juin 2020 à 14h00, en visioconférence (lien à venir).

Membres du jury :
Madame Catherine Bourgain, Chargée de recherche HDR, CERMES3, INSERM (Rapporteure)
Monsieur Patrick Hassenteufel, Professeur des Universités, PRINTEMPS, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (Tuteur)
Monsieur Alexandre Mathieu-Fritz, Professeur des Universités, LATTS, Université Gustave Eiffel (Rapporteur)
Madame Christine Musselin, Directrice de recherche, CSO, Sciences Po, CNRS (Examinatrice)
Madame Catherine Paradeise, Professeure Emérite des Universités, LISIS, Université Gustave Eiffel (Rapporteure)
Monsieur Laurent Willemez, Professeur des Universités, PRINTEMPS, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (Examinateur)



Résumé :

A partir de matériaux collectés depuis une quinzaine d'années, ce travail s’intéresse à un ensemble d'initiatives, qui visent à faire évoluer les pratiques et l'organisation du travail des médecins en cancérologie, notamment vers leur plus forte implication dans les activités de recherche. Des cliniciens jouent un rôle central dans la conception, le pilotage et la mise en œuvre de ces initiatives. Elles consistent en des modalités intermédiaires d'intégration entre, à un extrême, l’organisation informelle professionnelle (traditionnelle) et, à l'autre extrême, des modalités plus formellement définies et potentiellement plus conflictuelles, comme les fusions ou le renforcement de la ligne managériale. Elles peuvent être analysées comme des tentatives – politiques – prudentes de réguler des activités de plus en plus complexes au sein de la biomédecine, du fait du nombre de métiers et de compétences différents potentiellement nécessaires. Ces initiatives s’inscrivent dans des mouvements lourds qui travaillent les systèmes de santé en général et la cancérologie en particulier, comme celui de l’injonction à la coordination comme principe d’action publique. Toutefois, par rapport à de nombreuses thèses existantes, l’étude de ces initiatives montre que ces changements ne résultent pas de la seule progression des logiques gestionnaires ; la recherche médicale apparaît ainsi comme un autre facteur puissant d’organisation. A l’instar d’autres travaux, les recherches présentées dans ce mémoire témoignent que, dans nos sociétés contemporaines, l’organisation s’étend. Mais la société organisationnelle ne s’étend pas uniquement dans le sens d’une intégration formelle et un renforcement de la verticalité ; ce travail tend à montrer qu’elle s’étend aussi de manière plus horizontale et dans des processus moins formalisés. Enfin, l’étude de ces initiatives organisationnelles montre que l'identification de grandes logiques institutionnelles ou d’opérateurs politiques généraux ne suffit pas à comprendre les dynamiques de changement et de stabilité dans les systèmes de santé ; il est nécessaire de s'intéresser à la façon dont l'ordre mésologique, reposant sur des relations de pouvoir entre acteurs, médiatise ces forces macrosociales et explique ainsi une diversité des ordres locaux.


Site de l’UVSQ





INFOS CHERCHEUR(S)



Patrick CASTEL